LE RITE ECOSSAIS RECTIFIE

La loge SAINTE VICTOIRE

        
 

Le Rite Ecossais Rectifié

 

Le Régime Ecossais Rectifié est un système maçonnique et chevaleresque constitué en France dans la deuxième moitié du 18 ème siècle. 

Le Régime Ecossais Rectifié est articulé en trois classes (de métier, chevaleresque et sacerdotale) reproduisant les trois divisions supérieure de toute société traditionnelle, dont seules les deux premières sont aujourd’hui régulièrement pratiquées en France.

 

Il a pour principes de base :

- la fidélité à la religion chrétienne.

- L’attachement au respect d’une part des anciennes obligations de l’ordre maçonnique, c'est-à-dire des règles traditionnelles de la Franc-maçonnerie régulière, d’autres part des principes et traditions maçonniques et chevaleresques propres au régime, résultant des convents de LYON en 1778 et de WILHELMSBAD en 1782.

- Le perfectionnement spirituels de ses membres , par la pratique de l’action que tout homme doit faire sur lui-même pour vaincre ses passions, corriger ses défauts et progresser vers la réalisation spirituelle, et l’approfondissement de l’ésotérisme chrétien.

- La pratique constante d’une bienfaisance éclairée envers tous les hommes. Tel que voulu par Jean Baptiste WILLERMOZ, le Régime Ecossais Rectifié, était à l’origine conçu selon les divisions de toute société traditionnelle, en trois classes concentriques correspondant chacune à une initiation spécifique.

- Une classe maçonnique comprenant quatre grades symboliques (Apprenti, compagnon, Maître  et Maître écossais de Saint André).

- Une classe chevaleresque, l’ordre intérieur, comprenant deux grades (écuyer novice et Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte).

- Une classe sacerdotale secrète comprenant deux catégories.

Ordre initiatique Chrétien, s’inscrivant dans le cadre de la Franc-maçonnerie régulière universelle, le Régime Ecossais Rectifié permet à chacun, selon ses moyens et sa volonté  et s’il le souhaite sincèrement, de suivre sous ses formes rituelles spécifiquement chrétiennes, la parole du Christ, qui s’adresse à tous ceux qui viennent à lui. Il propose ainsi une authentique voie initiatique de réalisation spirituelle permettant à ses adeptes d'atteindre par la mise en oeuvre des vertus de foi,  d'esperance et e charité, avec l'aide de la grâce et divine, l'état de réintégration, c'est a dire la restauration de état d'unité primordiale de l'home avec dieu, but réel de toute voie initiatique traditionnelle.                                                                                                                        

 

 

LE RITE FRANCAIS

La loge SERENITE

 

Le Rite Français

 

Le Rite Français tire ses origines de l’introduction de la Franc-maçonnerie en France à partir de 1720, au moment où des émigrés britanniques en particulier des militaires Stuartistes s’exilèrent pour des raisons politiques  voire religieuse. Les relations étroites qui vont unir dés lors la Grande Loge Anglaise avec la première maçonnerie française montrent, lorsqu’on compare les textes des rituels, la conformité des deux systèmes maçonniques. Le rite français tel que nous le connaissons de nos jours s’est développé tout au long du 18 ème siècle.

Le rite français resta fidèle aux pratiques générales de la Maçonnerie Française du 18 ème siècle alors que le Rite Ecossais Rectifié préféra adopter sur le plan formel des éléments de la stricte observance, y intégrant la doctrine de Martines de Pasqually.

Le développement des rituels en France au cours du 18 ème siècle a été facilité puisque aucun rituel officiel n’avait été encore adopté ni par la Grande Loge de France ni, a ses débuts, par le Grand Orient de France qui lui succéda.

Le Rite Français est officialisé en 1801, lorsque les rituels sont imprimés dans un recueil fédérateur intitulé « Le régulateur du Maçon » (Hérédon, l’an de la grande lumière 5801).  Le régulateur fut édité plusieurs fois sous la même date. Ainsi l’une d’elle est postérieure au couronnement de Napoléon en 1804.

Par sa forme, par son cheminement spirituel le Rite Français se distingue des systèmes dits « écossais » ; ses grades sont tous maçonniques et les trois premiers ont un caractère, d’apparence, opératif ; la progression initiatique et spirituelle, conduit d'une manière progressive à une exaltation et une révélation mystiques.

C’est donc le Rituel de 1801 destiné aux  Loges Symboliques qu’ont retenu le Chapitre Général du Rite Français du Prieuré de Provence et son collège des Loge de Saint Jean. Certes le « régulateur du maçon » ne peut aucunement être considéré comme la source originelle du Rite Français mais il est une utile et honnête synthèse des traditions orales et manuscrites antérieures.

La meilleure manière de caractériser la place du Rite Français est de dire qu’il est le représentant le plus fidèle, parmi les rites actuellement pratiqués en France, de la pratique commune de la Maçonnerie Française du 18 ème siècle.  Il est pour ainsi dire la Maçonnerie à l’état chimiquement pur, et a un enseignement de bout en bout enveloppé dans les symboles. Sa spiritualité est enracinée dans la tradition judéo-chrétienne et a deux fondements très simples, la fraternité des hommes et la paternité de Dieu.

La convivialité, l’amitié chaleureuse qui doivent régner entre les maçons et la relation de fraternité qui existe au plan spirituel.

 

 

 

 

 

LES RITES

LE RER

06/01/2013 17:14